<
>
crédits photo : Guy L'Heureux
Grands retournements, vue de l'installation
Grands retournements
Galerie Joyce Yahouda, Montréal


Avec le projet Grands retournements, Michel Boulanger sollicite la capacité du visiteur à prolonger mentalement l’espace réel où il se trouve vers un lieu graphiquement constitué. Il s’agit d’une expérience immersive dont le dispositif à la fois détaillé et rudimentaire ne cherche pas à faire parfaitement illusion. Il invite plutôt à s’interroger sur cet instant où l’intellect consent à s’approprier un simple tracé linéaire en tant qu’espace réel, où l’abstraction des volumes déréalisés par la transparence de la ligne appelle à une nécessaire ouverture de l'esprit, voire à l’abandon pour que l’illusion opère.

Sur les murs noirs de la salle, un réseau foisonnant de lignes vectorielles blanches tend à reconstituer, bien que très schématiquement, l’intérieur d’un bâtiment de ferme aux allures industrielles.


Au centre de la pièce, un assemblage de parallélépipèdes formé de branches d’arbres se déploie du plancher jusqu’au plafond, cherchant paradoxalement à nier sa réalité physique pour mieux se faire dessin.

Les images qui composent cette installation décrivent les lieux et les équipements aménageant l’intérieur d’une ferme laitière. Le visiteur rencontrera pourtant un objet perturbant la logique de cet espace fortement rationalisé. À l’aune de l'agriculture contemporaine, il s’agit ici de s’immerger dans l’étrangeté de ces espaces agricoles industriels destinés à la culture du vivant.