<
>
Traîner son lourd passé, huile sur toile,244 X 368 cm,2002
Traîner son lourd passé
Ce projet regroupe un corpus d’œuvres picturales et graphiques et un film d'animation présentés à l’occasion d'une exposition solo au Musée d’art contemporain de Montréal. L'ensemble compte quatre tableaux dont deux sont de dimensions monumentales. Une mise en forme volontairement excessive de l’espace y mine le récit, tantôt par fragmentation, tantôt par superposition. Dramatique, il fonctionne un peu sur le mode de ces grands ensembles de personnages qu’on rencontre dans la peinture d’histoire du Baroque, à la différence près que ce même espace a la particularité de s'incarner lui-même comme objet. Ne devrait-i; pas en faire-valoir de l'objet en être que le reste ou à tout le moins le négatif? Ici, le recours à l’imagerie de la bande dessinée tient autant d’un goût de travailler avec des volumes simples et schématiques, que par la volonté de convoquer sa valeur de signe traduisant un relatif abâtardissement culturel ambiant.

La surabondance des figures, la framentation et les manques dans les récits, jusqu'à la superposition même des mises en scène déplacent le comique vers le tragique, cherchant à sonder les ressorts de la narrativité en peinture figurative et du coup à définir les limites à l’intérieur desquelles l’image est à même de conserver son pouvoir critique.


@